oubli

L’âge de nos pensées.

chapeau 2

Je grouille d’idées mais je ne les partage jamais. Elles restent incognito. Dans ma tête. Je n’ose pas les exprimer. J’aimerais pourtant assumer mes positions, débattre. J’ai tellement confiance en leur force. Mais je n’ose pas. J’aurais peur de les choquer. Ils me semblent trop faibles, trop peu préparés ou trop violents. Ils auraient peur. Ils auraient trop peu de moyens pour réagir. Alors j’ai l’impression que ma tête enfle. Mes idées cherchent le moindre recoin où se stocker, se cacher, se sachant condamnées à ne jamais quitter cet endroit. Autant y être bien installé.

chapeau 3

J’ai commencé à les laisser sortir. Elles devaient sortir. Je saturais de tant d’idées inutilisées. Je devais faire de la place. D’autant qu’une idée exprimée en génère d’autres. Elles se renforcent, s’enrichissent ou s’évanouissent. Nous devons posséder une capacité limitée de pensées. On ne peut élargir les murs pour les retenir. Le mouvement les préserve. Une idée inutilisée peut devenir nocive. Envenimer les autres, les ingérer et prendre toute la place qui leur était attribuées. Désormais je ne stocke plus rien. J’exprime tout.

chapeau 1

En ai-je trop fait ? A m’exprimer tout le temps, ai-je perdu ma faculté de stocker ? Tout m’échappe. Je ne pense plus correctement. J’essaie d’organiser mais je n’arrive à rien. Mon propre souvenir m’est pénible. Le vide de mes pensées s’étend. Les contours de mon esprit s’évanouissent. Je deviens fou, ou vieux, ou les deux. Les mots, leurs sens, les associations, je ne les maitrise plus. Comme assis au fond d’un étang boueux je regarde la terre flottante. Elle me semble solide mais quand je cherche à la saisir, elle se dissout, s’échappe de mes mains. Je n’ai plus de prise. Je n’ai plus de mots. Je n’ai plus.

Photos: Monsieur Gac

Texte: Anthony Navale

Publicités