Un monde ordinaire

Je suis une fraude.

DSC_0022

Je n’ai rien à faire là. J’en suis convaincu, puisque j’ai menti. Je mens tout le temps. Ma belle gueule me permet de brûler les étapes et d’entourlouper tout le monde. A la beauté on pardonne tout. Du moins au début. Le début, dans ma situation, reste le plus important. La suite ce n’est que de la chance. Je n’ai pas les compétences pour le poste mais je l’obtiens malgré tout. Parce que je parle bien, parce que je présente bien et parce que j’omets les bonnes informations. Il est simple de mentir quand on y croit soi-même. Je me suis raconté des histoires et désormais je les raconte aux autres.

DSC_0086

Je pourrais tuer quelqu’un. Mon incompétence à ce poste pourrait réellement mettre quelqu’un en danger. La chance détermine la suite des évènements. Malgré le côté aléatoire de mon avenir, je m’en sortirai toujours. S’il arrivait malheur, je trouvais une excuse. Un nouveau mensonge pour blâmer quelqu’un d’autre à ma place. J’en ai fait tomber des gens sur mon passage. Je ne crois pas au karma. Ils n’avaient qu’à mentir mieux. Ou être moins gentils. Ou moins idiots. Tant que personne ne sera assez malin pour me révéler, alors je continuerai à profiter de vous.

DSC_0017

Les autres m’importent peu. J’évolue parmi eux. Ils ne servent que mon intérêt. Ce ne sont que les figurants de ma propre vie. Parfois je m’inquiète de savoir si nous faisons tous la même chose. Utiliser les autres pour exister. Si on m’utilise également. J’imagine que c’est un des moteurs collectifs mais j’excelle particulièrement dans ce domaine. Je ferai ce que je veux d’eux, de vous. Vous n’êtes rien, je suis tout. Tant que vous continuerez à m’excuser, tant que vous continuerez à me croire, tant que vous n’oserez pas m’affronter, alors j’évoluerai parmi vous. Illégitime. Insolent. Dangereux.

Photos: Monsieur Gac

Texte: Anthony Navale

Publicités

Les instants d’absence.

DSC_0362

Personne n’aime attendre. Chez le médecin ou ailleurs. Les files d’attente nous renvoient au temps perdu. Inversement, les espaces vides alors qu’ils devraient être pleins génèrent de nouvelles angoisses. Suis-je le seul à être malade ? Ce doit donc être grave. Pourquoi personne ne vient ici ? Me suis-je trompé de jour ? La foule nous exaspère et la solitude nous inquiète. Pourtant, ces moments d’absence de foule sont majoritaires. Ce sont nos passages qui sont ponctuels et intenses. Nous nous rendons tous aux mêmes endroits au même moment. Rares sont ceux qui savent profiter des instants creux. Je le fais désormais.

DSC_0415

N’en pouvant plus du temps perdu, j’ai commencé à aménager mes déplacements. Le déclic est arrivé après une altercation dans un grand magasin. Un samedi après-midi. Au cœur de la ville. Une personne à mes côtés s’est exprimée pour elle-même « fais chier, il y a du monde aujourd’hui… ». Ce commentaire banal m’a cette fois irrité. Moi-même exaspéré par la cohue, je n’ai pas supporté que quelqu’un s’en approprie l’exclusivité. De mauvaise foi, je décidais de le remettre en place, me faisant juge de mon propre agacement « Vous êtes donc suffisamment important et unique pour ne pas vous considérez comme le reste de la foule ? Vous vous plaignez du monde ici présent mais un samedi après-midi, c’était à prévoir… Vous y contribuez, au monde ! ». Je ne fus pour lui qu’un bruit de plus dans le brouhaha qui nous entourait. Son regard n’exprimait rien. Pourtant moi, je sortais transformé de cet échange.

DSC_0695

La nuit, les grandes places touristiques sont vides. Le jour, les magasins le sont. Ma pause déjeuner s’est scindée en deux moments distincts : une le matin, une l’après-midi. Je ne mange plus avec le troupeau, je grignote quand j’ai faim et je profite des espaces vides. Idem pour mon sommeil. Je me couche en rentrant, et me réveille pour une balade, seul, avant de revenir terminer ma nuit. Je ne perds plus de temps. Je ne vois plus la foule. Les lieux restent en place. C’est nous qui les investissons en masse, au rythme de la ville. Mais ce couloir ne sera pas plein en permanence. Cette chaise ne sera pas occupée sans discontinuer. Je devais juste venir les déranger pendant les instants d’absence. Je suis désormais seul à profiter d’espace devenus trop grands.

Photos: Monsieur Gac

Texte: Anthony Navale

Amoureux poli.

12001820_10153895910650101_161877538_o

Même si j’étais à l’initiative de cette idée, j’ai eu l’impression de ne pas y participer. Je regardais leurs mains sur lui, ses mains sur eux. Je recevais des invités et m’inquiétais de leur bien-être avant de profiter à mon tour. Bon hôte. Je regardais ce qu’on me volait, ce qui ne m’appartenait désormais plus. Du moins physiquement. Nous avions convié un autre couple. Pour garder un équilibre. Un trio nous effrayait. Qu’il s’attache. Que je m’attache. Que l’appartenance veuille aller au-delà du physique. J’en ai toujours eu envie et peur. Je pense qu’on passe à l’action quand l’envie devient plus importante que la peur. Mais cette dernière est toujours là.

11999321_10153895910830101_1800382567_o

Le cinquième venu apportait des réponses. Un élément neutre dans ces deux couples. Il brisait ce miroir que nous essayions d’apprivoiser. Il nous renvoyait à nos paradoxes. Deux couples ensemble comblaient leurs failles, restauraient leurs complicités respectives, mais répondaient toujours à ce cadre bien défini de deux personnes. Qui se possèdent et se laissent posséder. Le cinquième ne correspondait à rien. C’était un corps de plus. Qui ne voulait que quatre autres corps ou davantage. Le nombre lui importait peu. Les relations de chacun lui importaient peu. Il aimait les corps, le sien, les leurs, le mien. J’ai alors compris qu’il avait raison. Sa spontanéité a allégé ma réflexion. Je ne devais pas voir plus loin que ces corps, et notre plaisir.

12022299_10153895910955101_595799459_o

Le lâcher prise. Simplement. Il suffisait d’écouter mon envie qui se cachait derrière la peur. Je n’y ai ajouté que des concepts préfabriqués. Mais simplement, mon corps en voulait d’autres. Et je n’étais pas le seul à avoir ce besoin. Sans règles, sans considération sociale. Des corps s’attirent. La bienveillance avant la bienpensance. L’hypocrisie dont nous faisons preuve à désirer tant et plus tout en se limitant parce qu’il le faut. Il n’y a aucun argument là-dedans. La jalousie n’est pas un argument. La possession n’est pas un argument. Elles sont au mieux les armatures fragiles d’une frustration permanente. Un schéma au crayon sur un papier humide. Sans valeurs. Le plaisir est un argument. Et quand bien même ce n’en serait pas un, le plaisir se suffit à lui-même.

Photos: Jérôme Sussiau

Texte: Anthony Navale

Déçue par les hommes.

12001814_10153895925640101_41929691_o

Frifrouille est particulièrement excité aujourd’hui. Il a déjà du oublier tout ce que je lui ai fait subir… Je me demande comment ce chien peut être si heureux en ayant si peu de fierté. De base je n’aimais pas les chiens. C’est certainement pour cela que je m’en suis achetée un. Pour tester ses limites en termes d’ego. D’ailleurs on dit bien « acheter » un chien et rarement « adopter ». C’est amour se monnaie sans complexe. Si je me suis rabattue sur cette présence c’est parce que le mien avait souffert, d’ego. Je me devais de ridiculiser un être vivant tout en me sentant aimée inconditionnellement. Ma vengeance serait douce et innocente. Frifrouille était la victime parfaite.

12005970_10153895926385101_384819005_o

« Tu finiras seule avec des animaux si tu continues ! ». Merci. J’ai donc pris les devants. Je ne voulais pas ressembler à ces personnes amoureuses de leur animal de compagnie. Ressembler n’était pas suffisant. Je devais l’être. Il me fallait un amour fictif mais puissant. Sans retour. Je ne voulais plus d’une personne en face, avec des émotions à gérer. Il me fallait un être suffisamment simple d’esprit pour être capable de m’aimer. Quoique je fasse. Comme j’avais souffert, je l’affublerais des pires costumes pour le rendre ridicule. Aussi ridicule que je l’ai été quand j’étais amoureuse. Quand je portais le costume de l’idiote qui sourit bêtement alors qu’on se fout clairement d’elle. Je ne me trouvais pas assez forte et attirante pour faire subir ça à un homme. Le chien, dont je me foutais, me paraissait un bon exercice pour apprendre à utiliser l’amour des autres.

12001839_10153895925785101_1830503364_o

Je me suis alors rendue compte de plusieurs choses. Les femmes amoureuses de leur animal n’étaient pas si ridicules et avaient souffert de la même manière que moi pour s’en remettre à ces bêtes. D’autre part, ces bêtes dont je me moquais n’avaient peut-être pas d’ego, mais pas davantage d’attentes. Elles aimaient simplement ce qui les nourrissait, s’occupait d’eux. Comme moi avant. Je me moquais finalement de moi-même. Je devais jouer le rôle de mon bourreau pour comprendre ce qui venait de m’arriver. Ridiculisée. Affublée d’un costume dont je ne voulais pas. J’ai alors regardé Frifrouille et me suis excusée. Auprès de lui. Auprès de moi. Désolée aussi pour ce nom auquel il répondait désormais et que je ne pouvais donc plus changer pour le rendre plus digne… Quand j’ai pleuré, il m’a aimé un peu plus que prévu en venant lécher mes larmes. Ou alors il avait soif… Peu d’attentes. Beaucoup d’amour.

Photos: Jérôme Sussiau

Texte: Anthony Navale

Gentil manipulateur.

P1020104

Je suis un manipulateur. J’agis en anticipant. Si je m’étais mis aux échecs je pense que j’aurais pu être un excellent joueur. Mais anticiper les mouvements de figurines en bois est vite lassant quand on peut diriger et orienter directement des personnes bien vivantes. Avec leurs émotions, leurs défauts, leur imprévisibilité. Toute la tactique ne repose que sur l’imprévisibilité de certains. Il faut être capable de prévoir ce qui par définition ne peut l’être. J’étends mon réseau, ils se jettent dans ma toile. Ensuite, je deviens musicien d’un instrument à cordes silencieux. Je pousse certaines interactions à se renforcer et isole certaines victimes plus résistantes. Les faibles doivent être solidement accrochés pour repousser plus facilement les robustes.

P1020164

J’étais un faible. Socialement faible. Je n’avais les faveurs de personnes. J’indifférais le plus grand nombre. Je n’étais qu’un gentil. Les gentils n’ont jamais le bon rôle dans la vraie vie. Les gentils sont utilisés, et oubliés. Ce masque était idéal pour dissimuler un manipulateur. Je les attirais sans le vouloir. Ils m’utilisaient naturellement. Il suffisait de leur apprendre à m’être redevable. La toile se mettait en place. De victime à prédateur, ce n’est qu’une question d’organisation. Désormais, mes liens sont solides. La structure de ma sociabilité est parfaite, stable. Je ne crains rien. Ils ne me découvriront jamais. Je dirige mon monde et aucun facteur ne pourra me déstabiliser. J’ai compris que nous n’étions que des solitudes qui entrons en collision. Je n’ai fait qu’accrocher des liens, visibles par moi seul, entre ces solitudes.

P1020050

Ma toile s’étendra. Mon emprise s’étendra. Je ne souhaite désormais que me tester. Jusqu’où puis-je aller dans ce jeu ? À quel moment me tromperai-je ? Mentirai-je ? Combien de coups d’avance ai-je vraiment ? La base de mon réseau est un refuge solide si toutefois je me laisse surprendre en dehors. L’araignée est inatteignable quand elle se précipite dans son repère après avoir été chassée. Je serai aussi vif qu’elle. Je dirigerai tout. Je ne me laisserai plus toucher par des choses imprévisibles. Les seules douleurs que je ressentirai désormais ne seront que des piqures dans la paume de ma main. Où le monde se trouvera.

Photos: Monsieur Gac

Texte: Anthony Navale

La fille de la rue.

IMG_0026

Ça y est. Elle repasse. Tous les jours je l’attends. Je reconnais sa silhouette de loin. Par contre, je ne vois son expression que tard. Du coup je ne sais pas si elle me voit déjà. Si elle me sourit. Si je lui fais peur. Alors j’attends qu’elle s’approche. J’essaie d’être discret. Mais il est difficile d’être discret quand on est amoureux. Je souris déjà, bêtement. Je dois me tenir mal. Voûté et nerveux. Aujourd’hui j’ai décidé de lui dire bonjour. De vive voix. Si elle me sourit. Si elle me regarde. Même un peu. Encore quelques pas avant de le savoir.

IMG_0028

Elle sourit ! Je ne sais pas si c’est à cause de moi mais son visage est lumineux ! Peut-être m’a-t-elle vu et en attendant d’arriver à mon niveau elle se donne une contenance en regardant ailleurs ? Elle doit être gênée de marcher vers moi dans cette longue rue. On se sent toujours un peu idiot quand on a aperçu quelqu’un de loin et qu’on doit le rejoindre. Sans rien d’autre à faire qu’avancer, pendant qu’on nous regarde. Elle ne doit pas savoir comment réagir ainsi observée. Mais son sourire ne la quitte pas. Je me racle la gorge pour que ma voix ne soit pas ridicule quand je lui dirai « bonjour ». Dois-je dire « bonjour » ou « salut » ? Je vais rester sur un « bonjour » chaleureux. Une approche sobre et efficace. Encore quelques pas.

IMG_0029

Et merde. Elle souriait à une amie un peu plus loin. Mon « salut » mal assuré lui a fait peur et elle a répondu poliment pleine de méfiance. Dois-je la rattraper pour la rassurer ? Lui avouer mes sentiments? Non. Je ne ferai que l’effrayer davantage. Je vais tenter de la suivre du regard… Elle me regarde encore ! Avec son amie… Elles s’éloignent. Je ne vois plus leurs visages. Je ne sais pas si elles sourient. Si elles se moquent. Si elle repassera demain…

Texte: Anthony Navale

Photos: Monsieur Gac

Les papillons dans le ventre.

P1000729

Dîner 1 : Je savais que la conversation serait clairsemée. Je ne me souviens même plus de mon dernier tête à tête. Mes mains sont moites. Je n’ai même pas envie de manger. Ça ne passerait pas. Je cherche quelque chose à raconter mais même le silence est mignon. On sait que ce n’est pas grave s’il ne se passe rien d’autre que l’affection. Cette affection qui s’installe solidement. Malgré nous. Les instants silencieux ne nous gênent pas puisque nous sommes certains que nous nous raconterons tout bientôt. Toujours.

P1000730

Dîner 247 : Nous avons passé un cap hier. J’ai pété bruyamment et ça n’a provoqué aucune réaction chez l’autre. Malgré l’aspect naturel de la chose, elles sont peu nombreuses les personnes nous ayant entendu aussi intimement. Ça n’a rien de glorieux pourtant. Je suis même un peu triste. J’aurais aimé qu’on en rit ensemble, qu’on soit gêné ensemble. Et pourtant le cap était passé. Plus de secret. Plus de barrière. Plus de limite. Nous digérons impunément côte à côte. Quoique. Nous le paierons peut être un jour.

P1000728

Dîner 860 : Je savais que la conversation serait clairsemée. Annoncer que je m’en vais refroidirait forcément nos échanges. Peu de réactions. Pour une fois nos pensées se tournent vers le même sujet. Enfin je crois. Quand nous étions silencieux, nous pensions à nos obligations ou nos véritables envies. Cette fois, en nous taisant, nous nous disons au revoir. À moins que nos envies ne soient déjà notre nouvelle priorité. Mon ventre me fait mal. J’ai trop mangé et je n’ose plus bouger. Je repense à notre premier dîner. Je ne me souviens plus de ce que nous avions bu. Quelque chose de cher. Peut-être. Depuis nous économisions même sur les boissons. C’était surement notre erreur. Nous faire mal au ventre avec de mauvaises boissons.

Photos: Monsieur Gac

Texte: Anthony Navale