sexe

Amoureux poli.

12001820_10153895910650101_161877538_o

Même si j’étais à l’initiative de cette idée, j’ai eu l’impression de ne pas y participer. Je regardais leurs mains sur lui, ses mains sur eux. Je recevais des invités et m’inquiétais de leur bien-être avant de profiter à mon tour. Bon hôte. Je regardais ce qu’on me volait, ce qui ne m’appartenait désormais plus. Du moins physiquement. Nous avions convié un autre couple. Pour garder un équilibre. Un trio nous effrayait. Qu’il s’attache. Que je m’attache. Que l’appartenance veuille aller au-delà du physique. J’en ai toujours eu envie et peur. Je pense qu’on passe à l’action quand l’envie devient plus importante que la peur. Mais cette dernière est toujours là.

11999321_10153895910830101_1800382567_o

Le cinquième venu apportait des réponses. Un élément neutre dans ces deux couples. Il brisait ce miroir que nous essayions d’apprivoiser. Il nous renvoyait à nos paradoxes. Deux couples ensemble comblaient leurs failles, restauraient leurs complicités respectives, mais répondaient toujours à ce cadre bien défini de deux personnes. Qui se possèdent et se laissent posséder. Le cinquième ne correspondait à rien. C’était un corps de plus. Qui ne voulait que quatre autres corps ou davantage. Le nombre lui importait peu. Les relations de chacun lui importaient peu. Il aimait les corps, le sien, les leurs, le mien. J’ai alors compris qu’il avait raison. Sa spontanéité a allégé ma réflexion. Je ne devais pas voir plus loin que ces corps, et notre plaisir.

12022299_10153895910955101_595799459_o

Le lâcher prise. Simplement. Il suffisait d’écouter mon envie qui se cachait derrière la peur. Je n’y ai ajouté que des concepts préfabriqués. Mais simplement, mon corps en voulait d’autres. Et je n’étais pas le seul à avoir ce besoin. Sans règles, sans considération sociale. Des corps s’attirent. La bienveillance avant la bienpensance. L’hypocrisie dont nous faisons preuve à désirer tant et plus tout en se limitant parce qu’il le faut. Il n’y a aucun argument là-dedans. La jalousie n’est pas un argument. La possession n’est pas un argument. Elles sont au mieux les armatures fragiles d’une frustration permanente. Un schéma au crayon sur un papier humide. Sans valeurs. Le plaisir est un argument. Et quand bien même ce n’en serait pas un, le plaisir se suffit à lui-même.

Photos: Jérôme Sussiau

Texte: Anthony Navale

Publicités

Supporter un orgasme.

3 (1)

La première fois était inconfortable. Il fallait le faire, je ne pouvais plus repousser. J’ai longtemps été observateur de ma propre sexualité. Ou plutôt celle des autres avec moi. Je ne leur prêtais mon corps que pour mieux les observer. C’était donc ça, le sexe. La belle affaire. Il ne s’y passait pas grand-chose, l’excitation me semblait plus stimulée par l’interdit que par l’acte en lui-même. Il n’y avait rien de nouveau. Rien qui ne différait de ma sexualité solitaire, en termes de sensation. Je faisais plaisir à quelqu’un plus que ça ne me plaisait réellement. Jusqu’à ce que je considérerai comme mon premier orgasme.

1 (1)

« La première fois ». Je déteste ce terme. Pour tout. C’est ce genre de sacralisation qui nous fout la pression. Pour tout. On s’en fout de la première fois. Surtout si ce n’est pas la dernière. Mon « premier » orgasme me marque puisqu’il contrastait enfin avec le reste de ma sexualité jusqu’alors. Je m’amusais des bruits que faisaient mes partenaires en en simulant à mon tour. Sauf que ce jour-là j’ai à mon tour fait un bruit ridicule, incontrôlé. Je m’étais laissé aller et n’avais pas cherché à contrôler ou observer, je n’ai pas eu le temps de réfléchir. J’ai alors compris le côté instinctif de ma sexualité. L’écart entre mes fantasmes et mes sensations. Je n’accuserai pas mes amants d’avant. C’est moi qui étais à blâmer. Du moins ce que j’avais bien voulu croire sur la sexualité.

2 (1)

On en fait des tonnes. On ne parle que de ça tout en la rendant tabou. On se mêle de celle des autres. Une compétition s’est même instaurée. Merveilleux… La frustration, le manque, la gravité n’entraînent que des perversions. À quoi bon limiter le sexe ? Tant que les participants sont consentants doit on se soucier du reste ? J’ai observé mes partenaires avec le jugement qu’on m’avait inculqué. Juger le plaisir, on nous l’apprend rapidement. Je ne me suis laissé aller qu’après avoir analysé leurs gémissements, leur souffle. Si j’avais d’abord cherché à ressentir plutôt qu’à comprendre, j’aurais certainement combiné mes deux premières fois.

Photos: Jérôme Sussiau

Texte: Anthony Navale