Sourire suivant.

Image

Je me suis rendue compte que mon visage n’était fait que de mécanismes factices. Je les emploie en permanence sans même en percevoir le sens profond, ni l’origine. Ma véritable personnalité n’existe pas, ou peu. C’est comme les expressions. On emploie des expressions dont on connait le sens, mais pas l’origine. « On est pas sortis de l’auberge ». Très bien. Mais pourquoi une auberge, de prime abord accueillante, deviendrait elle une galère dont on ne peut plus sortir ? C’est comme mes clins d’œil, c’est comme mes sourires. Ils sont automatiques. Dès que je vois quelqu’un, même inconnu, je souris poliment. Mais ce sourire n’a aucun sens. « Je te vois ». C’est idiot de passer par un sourire pour simplement dire « ok, je te vois ».

Image

Ceux qui ont compris ça ont développé une technique imparable: les lunettes, noires de préférence. Je ne leur souris pas, ne sachant pas s’ils me regardent ou non. Du coup, s’ils se mettent à sourire, dois-je sourire en retour ? Ou sont-ce des sourires automatiques destinés à quelqu’un d’autre ? Ou pire ! De véritables sourires !?  Sourires amusés d’une situation qu’ils observent tranquillement. Car ils sont bien contents, ces spectateurs habilement cachés, de pouvoir nous observer. Moi messieurs, quand je constate que nos sourires sont faux, je le fais à visage découvert !

Image

Il n’y a bien qu’en dormant que mon corps s’émancipe de ces codes. Vu que je n’ai aucune interaction nocturne, je ne vais pas me mettre à pavaner et sourire bêtement à mon oreiller ! D’autant que dans le sommeil, généralement, on lâche prise. Pourtant, je m’observais l’autre soir. Et malgré l’absence de spectateur, avec ou sans lunettes, je me couchais de manière assez peu naturelle, mais esthétique. Donc même pour m’endormir j’adopte des attitudes ! Je ne préférais pas mettre mon bras n’importe comment, car cela ne me semblait pas naturel. Je n’écartais pas les jambes de peur d’être indécente ! Du coup je suis en révolution contre moi-même et mes automatismes. Je dois corriger tout ça et revenir à plus de simplicité, de spontanéité. Mais quand je constate que j’en arrive à changer de tête dès que je me regarde dans un miroir, je me dis que je ne suis pas sortie de l’auberge.

Dessins: Châtain dessins

Texte: Anthony Navale

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s