Pornographie culinaire.

Image

Je ne photographie que ce que je mange. C’est ma passion première. Avant de déguster quoique ce soit, je me sens le devoir de le faire savoir au monde entier, surtout quand le plat est rare, pour rendre les gens jaloux peut être. Une fois j’ai oublié de prendre en photo un plat réussi. J’en ai été ballonné pendant deux jours tellement je m’en voulais de cette erreur. Je trouve que c’est très important de partager ce genre d’informations. On appelle ça du « foodporn ». Pourquoi toutes les nouvelles pratiques culinaires ont un terme péjoratif ? « Fast food », « Junk food » et maintenant « Foodporn » ! Pourtant il ne s’agit pas de malbouffe !

Image

D’ailleurs, je ne publie que des choses que j’aime. Et ce n’est pas le rituel qui m’intéresse, mais bien le plat. Le contenant importe peu. Même quand je fais tomber mon assiette, je prends quand même en photo ce qui a été cuisiné. Qu’il soit dans une assiette, ou parterre, un bon plat reste un bon plat. Et un bon plat se doit d’être immortalisé. Je pense qu’avant la création de la photographie, des gens comme moi voulaient garder une trace de ce qu’ils mangeaient, mais peindre un plat c’est long, surtout quand on a faim.

Image

« Mais on s’en fout de ce que tu vas chier ! ». Ce n’était pas très sympathique comme commentaire. Car pour moi, manger n’a rien à voir avec un cycle naturel. Il y a fatalement un lien mais je ne souhaite pas le voir. Tout le monde connait ce plaisir de sentir, goûter, et mâcher un plat qu’il adore. Je ne parle pas d’œuvre d’art, mais bien de communiquer sur un plaisir que nous avons tous. C’est comme voir un corps à moitié nu en photo, ça fait plaisir à tout le monde. Ça doit venir de là l’analogie avec la pornographie.

Image

Une fois que j’ai fini de manger, je regarde les photos de ce que je viens de manger. C’est à la fois un challenge pour mes prochains repas et pour mes prochaines photos ! Je dois être comme ces personnes qui passent leur temps à filmer pendant un concert pour le regarder plus tard. Au début je les jugeais sévèrement de ne pas profiter de l’instant, de ne pas se servir de leur mémoire et de leur imaginaire, mais quand j’ai réalisé que nous étions dans la même démarche, je les ai respectés. Si on revient sur l’histoire du cycle naturel, manger nous maintient en vie, donc en publiant les photos de mes plats, je crie tout simplement au monde que je suis en vie. Ce n’est pas que de la pornographie culinaire, c’est un besoin de reconnaissance.

Photos: Monsieur Gac

Texte: Anthony Navale

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s